Connaissez-vous le tir sur cible subaquatique ?

DCIM100GOPRO

Cet été, nous avons pu profiter du maintien des créneaux de piscine au Club Océanaute de Courbevoie (COC)  pour découvrir une nouvelle discipline subaquatique. J’ai testé le tir sur cible subaquatique (TSC) dans le cadre de soirées d’initiation organisées par le COC et le Club de Tir sur Cibles d’Asnières.


Le tir sur cible subaquatique quesaco ?

C’est un sport de tir pratiqué en apnée en piscine. Imaginée par des chasseurs sous-marin pour s’entraîner en hiver, le tir sur cible est devenu une discipline à part entière. Le tir sur cible est une discipline qui dépend de la fédération française d’études et de sports sous-marins (FFESSM) comme l’apnée.

En France, des compétitions sont organisées au niveau régional et national. On compte trois types d’épreuves individuelles et une épreuve par équipe :

  • Le tir de précision
  • Le biathlon
  • Le super biathlon
  • Le relais subaquatique (par équipe)

Le combiné est le classement représentatif de l’ensemble des épreuves individuelles. Il permet d’obtenir le classement des meilleurs tireurs (ils peuvent participer au championnat de France).

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la fédération.

DCIM100GOPRO

L’initiation

Elle débute au bord du bassin. Durant le briefing, on découvre la discipline, ses règles, le matériel utilisé et son fonctionnement.

Le matériel

Comme en apnée, on s’équipe de palmes (pour plus de stabilité), d’un masque et d’un tuba.

tsc_initiation_arbalette

Les arbalètes sont les mêmes que celles utilisées pour la chasse à peu de chose près puisque pour pratiquer le tir sur cible subaquatique on retire l’ardillon de la flèche. On modifie également les élastiques pour un résultat plus tendu et donc un tir plus plat. Avec des élastiques plus longs (plus souples), la flèche s’enfonce moins. Elle et donc plus facile à récupérer.

 

L’activité prend place dans un simple ligne d’eau. On tire en direction du porte-cible à une distance de 3 m.

tsc_initiation_cible

Le plastron, carré de polystyrène, est fixé dans le porte cible. Il est recouvert d’un autocollant représentant 5 mini-cibles (ou visuels) et reçoit les impacts de flèche. La distance de tir est symbolisé par une tige métallique partant du porte cible et finissant en « T ».

20160718_tsc_initiation_2

L’ensemble porte-cible + T constitue le pas de tir. Une poignée lestée (ou gueuse) est mise à disposition du tireur pour lui permettre de se stabiliser devant son pas de tir.

Il faut compter un bon quart d’heure d’installation. Par contre l’équipement est assez compact. Tout se démonte et se range dans de long sac de transport.

L’objectif : « faire mouche ».  C’est à dire planter sa flèche dans la zone centrale (point central d’un visuel).

20160718_tsc_initiation

La sécurité

Elle est maximum car les arbalètes sont des armes (au sens de la loi, arme blanche de catégorie D §h, car perforante et propulsée). Une flèche tirée peut blesser très gravement. Les règles de sécurité sont énoncées au cours du briefing mais sont également rappelés régulièrement dans l’eau par les initiateurs.

tsc_initiation_yves

Le tir sur cible pour les enfants

Pour les moins de 12 ans il est pratiqué, en initiation uniquement, avec des fusils plus courts (75 voire 55 cm) que les adultes (90 ou 100 cm), équipés de flèche dont la pointe est neutralisée, sur un porte cible comportant des cibles basculantes. A partir de 12 ans, les enfants tirent avec du perforant mais en précision uniquement. A partir de 14 ans, toutes les épreuves, mais les retours de bi et super bi se font en surface (pas en immersion).

Les femmes et le tir sur cible,

Elles sont encore peu nombreuses à pratiquer cette discipline. Le club d’Asnières avec lequel j’ai fait mon initiation compte quelques tireuses dont la nouvelle championne de France de tir de précision : Marine Mérandet.

Tir_sur_cible_Juillet_2016-Marine
Crédit photo : Isabelle Cavaletto

Marine a accepté de répondre à mes questions et vous parler de son sport et de sa pratique.

Depuis combien de temps pratiques-tu le TSC ?

Je pratique le TSC depuis 4 ans.

Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
J’ai commencé le TSC par un simple hasard, une amie m’avait invité à venir essayer. J’ai été intriguée par ce sport dont je n’avais jamais entendu parler, j’ai aimé et je me suis donc inscrite à Asnières.

Peux-tu nous parler un peu de ton club et de tes entraînements (ce qui t’ont permis d’obtenir ce titre de championne de France de tir de précision ?

Le Club de TSC d’Asnières a ouvert ses portes il y a un peu plus de 4 ans. Au début nous étions que 6 dont 2 encadrants, la section s’est très vite développée et compte aujourd’hui environ 20 membres.
Pour être performant dans cette discipline il faut évidemment s’entraîner à effectuer de bons tirs mais aussi s’entraîner à l’apnée, indispensable lors des épreuves de biathlon et de super biathlon.
Au sein du club d’Asnières les entraînements se déroulent toujours dans une bonne ambiance, sans pression ni stress. Je pense que pour réussir ses tirs c’est important d’être détendu et calme au fond de l’eau.
Pour améliorer ses performances il faut régulièrement participer à des compétitions, c’est vraiment à ce moment-là que l’on en apprend le plus, que l’on se rend compte des difficultés, des points à travailler.

Quels conseils donnerais-tu a une femme intéressée par la pratique de ce sport.

Tout d’abord le tir sur cible, est un sport peu connu, intrigant. Je le conseille à toutes les filles curieuses qui aiment l’eau et qui sont à la recherche d’un sport nouveau qui sort de l’ordinaire.
De plus, Comme tout sport, pour progresser il faut s’entraîner. Le TSC nécessite beaucoup de rigueur, de calme et de persévérance. C’est vrai qu’au début les tirs sont un peu aléatoires et c’est assez difficile de comprendre comment s’améliorer.
C’est pourquoi il est important d’acquérir très rapidement son propre matériel et de se familiariser avec son arbalète et ses réglages.
Lorsqu’on réussit ses tirs c’est vrai qu’on ressent une certaine fierté et cela motive à approfondir les entraînements.
Enfin les compétitions ne sont pas du tout obligatoires, on peut pratiquer le tir en loisir pour s’amuser (même si les compétitions sont tout aussi amusantes).

 

Merci à Marine, Isabelle, Caroline, Céline, Yves, toute l’équipe du Club de Tir sur Cibles d’Asnières ainsi que celle du Club Océanaute de Courbevoie.

Une réflexion sur “Connaissez-vous le tir sur cible subaquatique ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.